12 place Hullin
85290 Mortagne sur Sèvre
02 51 65 00 32
mortagnesursevre@diocese85.org
02 51 67 81 34
basilique@free.fr

Paroisse Montfort sur Sèvre

Doyenné des Herbiers

fête du Christ-Roi ; fin de l’année liturgique

Ce dimanche est le dernier dimanche de l’année liturgique. On pourrait avoir envie de regarder dans le rétroviseur !

Commencée dans la joie de l’Avent et du temps de Noël, notre année liturgique s’est vite assombrie ! la pandémie de Covid 19 a marqué notre carême et la suite. Le confinement nous a obligés à vivre la semaine sainte et le temps pascal autrement…

La vie ordinaire était bouleversée. Nous n’avions plus la possibilité de travailler normalement, d’aller et venir librement, ni joie de réaliser nos projets ou la possibilité de nous réunir. Certains ont connu de près l’isolement, l’épreuve de la maladie, ou perdu des êtres chers sans pouvoir les entourer. Ce virus nous a épuisés. Mais lui, il ne se fatigue pas de frapper et d’appauvrir le monde entier !

Quel sens donner à tout cela ? difficile d’y répondre encore maintenant, d’autant plus que nous sommes replongés dans la situation… La fête du Christ-Roi de l’Univers, l’évangile de ce 34ème et dernier dimanche de l’année liturgique A nous suggèrent cependant quelques pistes.

Retrouver l’Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (chap. 25, versets 31 à 46)

Ce grand tableau du jugement dernier a inspiré bien des artistes… mais ne faisons-nous pas une erreur ! nous entendons jugement dernier comme jugement final, ultime, des derniers temps, de notre dernier jour… un peu comme la proclamation des résultats du bac ! suis-je dans la bonne liste ?

Mais l’habitude d’appeler cette page « jugement dernier » nous fait rater la phrase du début du texte : « Jésus parlait de sa venue ». Jésus ne parle pas de fin, mais de sa venue qui n’est pas pour plus tard mais pour aujourd’hui, pour chaque jour. Nous parlons de jugement dernier, oui, mais à condition de parler du sens dernier, du sens ultime que nous donnons à nos actes… du sens d’éternité des valeurs que nous voulons mettre en œuvre. C’est donc à chaque instant que se situe l’éternité… que l’homme, si l’on peut dire, se trouve en face de Dieu. Notre vie chrétienne est là, dans un face à face toujours actuel avec le Seigneur. Nos paroles et nos actes concrétisent le sens dernier de notre vie. Si bien que ceux qui pensaient n’avoir servi que leurs frères, sont étonnés d’apprendre qu’ils ont suivi le Christ à travers eux ! autrement dit, notre face à face permanent avec Dieu, c’est-à-dire notre prière, donne à tous nos actes leur véritable signification, leur vérité, leur poids d’éternité !

Voilà bien une Bonne Nouvelle : tout humain est revêtu d’une incroyable dignité. Bienfaiteur ou bénéficiaire, c’est le Christ en personne qui est touché, concerné. Quelle communion christique nous est ainsi proposée… quel mystère sacré que cette union à la royauté du Christ dans le service du frère… c’est la chance, la grâce de cette période éprouvante : remettre dans le bon ordre la communion ordinaire, quotidienne au Christ même si momentanément nous ne pouvons rejoindre une communauté eucharistique dominicale.

A la messe nous vivons la présence réelle du Christ sous 4 modes différents : 1 – L’accueil et le rassemblement de la communauté des enfants de Dieu. 2 – L’écoute commune et la méditation de la Parole de Dieu. 3 – L’action de grâces eucharistique et la communion. 4 – L’envoi pour servir Dieu dans nos frères, message typique de l’évangile de ce jour « c’est à moi que vous l’avez fait ! ». Nous sommes momentanément privés des modes 1 et 3. Profitons-en pour accentuer les modes 2 et 4… et nous nous en réjouirons le moment venu !

Christ-Roi, son trône c’est la Croix sur le Calvaire. Notre souffrance est modeste. Comme Lui, ce qui compte, c’est l’offrande de soi au Père, c’est la concordance des petits et des grands actes de notre vie avec la fidélité du Fils à son Père. Père je remets tout entre tes mains. Tout est grâce !