12 place Hullin
85290 Mortagne sur Sèvre
02 51 65 00 32
mortagnesursevre@diocese85.org
02 51 67 81 34
basilique@free.fr

Paroisse Montfort sur Sèvre

Doyenné des Herbiers

La liturgie nous donne de lire ce jour le récit de « la résurrection de Lazare » Jean 11, 1-45.

Cette page d’évangile est un peu longue ; nous en entendons, parfois, un extrait lors des sépultures. Nous savons le fait essentiel : Jésus ramène à la vie, son ami Lazare décédé depuis 4 jours déjà… il en a de la chance, avons-nous envie de dire ! sauf que, et nous le savons aussi, ce retour à la vie est provisoire ; Lazare n’échappera pas à la loi universelle de la mort… cette page n’est donc pas une belle histoire mais … un récit pour vivre et croire ! d’ailleurs Jésus le dit lui-même : il s’agit de la gloire de Dieu !!!

On aura pu être sensible aux aspects humains de notre récit : l’amitié de Jésus avec la famille de Lazare et ses sœurs, son émotion véritable et ses larmes à l’annonce de son décès, sa décision de revenir faire visite, sa compassion en parole et en actes… et ce n’est pas rien ; son message passe aussi par là ! lors d’une sépulture, cet aspect touche les familles en deuil.

Mais l’essentiel est plus loin encore. Cette réanimation de Lazare veut donner le signe que Jésus est la résurrection et la vie. et cela ne peut être qu’en donnant la vie… sa passion et propre mort diront et réaliseront que la vie et la résurrection sont donnés gratuitement. Quand Il est là, les tombeaux s’ouvrent, les bandelettes sont défaites, la vie a le dernier mot. Et pour permettre de le croire à notre tour, il laissera le sien vide, et la pierre roulée…

Notre monde est malade, certes, et nous l’éprouvons jusque dans notre chair sociale. L’avenir proche comme lointain inquiète. Avec ce confinement, nous vivons une « petite mort » : nos aptitudes sont contenues, nos aspirations sont muselées. On pourrait dire que notre monde « sent la mort » comme devant Lazare ; il la « sent » tant il manque de confiance, d’espérance, de fraternité, tant il est en crise spirituelle. L’individualisme, qui a du positif en soi, nous ferme à tant d’autres références et relations … suis-je la fin, le but de moi-même ? Oui, et…. Non !

Chrétiens, nous mettons notre foi, notre confiance en Dieu. Nous croyons que notre Dieu est un Dieu de Vie, qu’il ne fait pas la misère, ni la maladie, ni la guerre, ni la mort…l’homme s’en charge tout seul ! Il est au contraire, un Dieu qui « ouvre les tombeaux ». Il nous crie « viens dehors » ! Si ce conseil n’est pas à suivre au sens premier en ces jours confinés, nous en comprenons le sens : sors de toi-même, sors de ce qui te renferme, sors de ton égoïsme, de ta mort. Viens aimer et travailler pour la justice, la paix, les relations fraternelles, l’engagement de ta personne pour la santé des autres, sans oublier, en ce jour de CCFD, la solidarité des peuples. Sans oublier que la faim est le premier risque sanitaire dans le monde !

En ces temps particuliers, place à l’imagination pour concrétiser ce sortir de soi sans sortir forcément de chez soi. Je trouve plein d’idées, de propositions, d’initiatives dans les mails reçus, dans les news-letters, dans les journaux, des reportages radio… Incroyable cette créativité humaine, de tous âges pour inventer des relations, des services, des sourires, des beaux textes, etc… qui ouvrent à la vie, à la VIE. La Résurrection du Christ c’est aujourd’hui ! quiconque croit et vit ainsi, dit Jésus, ne mourra jamais… puisqu’il sera uni à Lui.